Actualités

Mon tour gastronomique à la Ville de Mexico (CDMX) 2016

Je suis de retour pour vous faire partager de nouvelles expériences. Cet été j’ai voyagé au Mexique pour vivre l’une des aventures le plus enrichissantes pour un amoureux de la gastronomie mexicaine.

Je me suis retrouvée dans l’une des écoles de cuisine mexicaine la plus prestigieuse de mon pays pour suivre la spécialité de mes rêves. Le chef Yuri de Gortari et l’historien en gastronomie Mexicaine Edmundo Escamilla, fondateurs de ESGAMEX proposent la formation de spécialisation en culture et gastronomie mexicaine qui non seulement enseigne des techniques de cuisine mais qui aborde également les facettes culturelles et historiques de la cuisine mexicaine.

Je vous laisse quelques photos de cette aventure !!

Sauterelles grillées, poulet au cacao, piment fourré… La cuisine mexicaine peut surprendre les palais non initiés. Edmundo Escamilla et Yuri de Gortari consacrent leur vie à la transmission de ces saveurs baroques, mêlant exotisme et raffinement. L’un est historien, l’autre chef cuisinier. Dans une superbe maison coloniale de Mexico, ils accueillent, depuis 2007, des étudiants du monde entier, venus appendre les secrets de la gastronomie mexicaine. Loin de l’image rustique des tacos et autres burritos, ces plats métissés sont entrés en 2010 au Patrimoine Mondial de l’Humanité de l’Unesco.

Une forte odeur de café à la cannelle s’échappe de l’une des cuisines de l’Escuela de Gastronomia Mexicana. D’énormes plats en terre cuite décorent les étagères de cette grande pièce, aux murs orangés, qui sert de salle à manger. « Ils conservent mieux la chaleur et les saveurs », explique Edmundo, qui déguste un tamal aux figues. Cette pâte de maïs, fourrée aux fruits, aux légumes ou à la viande, est cuite dans les feuilles de la céréale. Salés ou sucrés, les tamales peuvent être servis en plat principal ou en dessert …

… Depuis l’époque pré-hispanique, le maïs constitue la base de l’alimentation des Mexicains. Le Mexique est le berceau de cette céréale à la valeur mythique symbolisée par la tortilla, fameuse galette, équivalent du pain en Europe. « Pour nous, précise Edmundo, le maïs n’est pas une céréale comme les autres. Selon la légende indienne, le corps de l’homme aurait été moulu par les dieux dans une pâte de maïs. » Quinquagénaire, cet homme érudit et jovial vient d’une famille de propriétaires terriens de l’État de Veracruz (Est) … « La gastronomie mexicaine est comme un textile tissé par différentes coutumes qui s’enrichissent au gré du métissage. »

Juste à côté dans une autre cuisine, Yuri accueille une dizaine d’étudiants, dont plusieurs étrangers, pour un cours intensif. « Il existe plus de cent piments au Mexique … » Avec sa grosse moustache, et son tablier de caporal, le chef ressemble à un régisseur agricole, d’une hacienda coloniale. « Les piments sont pleins de vitamines C et K qui permettent d’éliminer les toxines en faisant transpirer les amateurs de sensations fortes… »

Extrait

LES MEXICAINS, PASSIONNELS

Frédéric Saliba

Date de publication: 7 avril 2016

   

 

[norebro_text][/norebro_text]
[norebro_text][/norebro_text]

Vous pourriez également aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *